Vendredi 8 mai 5 08 /05 /Mai 10:56
 La peur n’évite pas le danger mais tout de même il l’électrise et j'adore les situations cocasses. Surtout celles ou il 'est pas habituel d'avoir des relations intimes. J’ai vingt quatre ans et j’aime faire l’amour quand je veux, où je veux et ou je peux. Avec mon petit ami, nous adorons nous mélanger fréquemment et dès qu'une occasion se présente, nous la saisissons et cela nous amuse beaucoup. Lors de nos escapades particulières, je m’habille toujours très sexy avec des jupes plissées très courtes, volantes. En fait, j'aime excité mon compagnon en virevoltant autour de lui et en lui laissant voir mes charmes. Je ne porte aucune culotte pour sortir car je veux être disponible pour lui. Comme c'est un vrai dur, je voulais parler de son anatomie virile, je n'ai pas de mal à voir se tendre l'objet de mes désirs quand j'ai décidé de l'allumer et qu'il est l'heure qu'il m'honore. Il me traite souvent de nymphomane et je dois dire que, même si je me défends de cette attribution verbale, il n'a pas tort. J'adore le sexe, la pénétration et la jouissance, tant la mienne que la sienne. En plus le goût du sperme est pour moi, un vrai dessert.

Mon truc, ce sont les portes cochères. Quand nous visitons la capitale, je repère les immeubles de type Hausmannien avec de grande et superbe porte en bois et nous entrons dans les halls pour jouer sexuellement avec l'homme de ma vie. Cette envie permanente remonte à une période ou j'étais étudiante et qu'un homme plus âgé m'avait prise vite fait derrière une porte tellement j'étais pressée qu'il me prenne. Cela m'avait beaucoup plu et l'idée d'être surprise m'avait totalement tétanisée et excitée. Et depuis ce jour, j'adore ouvrir les portes et faire l'amour vite fait derrière la porte en entendant le bruit des passants dans la rue. Comme je disais, la sensation d’être surprise et la rapidité de l’acte ont décuplent mon plaisir et depuis je n’arrive réellement à jouir que dans ces circonstances ou je risque d'être vu. Je ne retourne jamais au même endroit. Quand je prends la main de mon ami et qui je le tire violemment, il sait qu'il va y passer et que je suis en chasse d'une porte à visiter. Quand j'ai trouvé, Nous rentrons dans le hall de la porte d’immeuble le plus proche et qui s’ouvre, je lui baisse sa braguette, j'extrais son sexe, toujours en forme, car il sait depuis longtemps a quelle sauce il va être mangé, et qu'il aime aussi ces situations particulières. Je lui pose un préservatif avec ma bouche, il adore ça. Quand la raideur de son membre m’inspire, je me redresse, je lève une jambe que je passe autour de sa taille et je l'invite de la main a trouver l'entrée de ma grotte toute mouillée et prête a être pourfendue. Nous ne nous sommes jamais fait prendre mais un jour, quand, il était en train de me besogner très activement, j'ai vu le rideau de la loge s'écarter et la tête du vieux concierge nous regarder faire. J'étais déjà à la limite de la jouissance et, son visage ébahi et surpris, m'a excité encore plus. Il n'a pas bougé et mon regard s'est fixé dans le sien. Il ne me lâchait pas des yeux et je me suis surprise a penser que ce vieil homme était en train de me faire l'amour. Une communion bizarre m'a parcouru l'échine et je me suis mise a hurler de plaisir comme jamais sous les coups de boutoirs de cet inconnu alors que c'était mon ami qui me pénétrait. Quand l'explosion commune s'est produite, je me suis libérée de l'étreinte de mon ami, je l'ai aidé a se rhabiller et nous nous sommes sauvé. Depuis, je vois toujours la tête de ce vieil homme et il est souvent dans mon ventre quand nous faisons l'amour dans un hall d'entrée ou il y a une loge avec un rideau.

J'ai beaucoup aimé cette surprise et j'espère en vivre d'autre prochainement.

 

Par Doumé - Publié dans : Exhib
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Vendredi 8 mai 5 08 /05 /Mai 10:50
 

Je me prénomme sylvie et je viens de vivre une nouvelle expérience sexuelle avec mon petit ami. J’ai dix neuf ans, et je vis maintenant dans un petit studio près de la porte Dauphine, car je fais mes études à la Faculté, juste à coté. Je suis blonde, pas excessivement jolie mais j’ai beaucoup de charme. On ne se retourne pas sur mon passage mais j’ai une bouche pulpeuse et mes amis me charrient souvent sur ce qu’ils pourraient faire avec. Surtout depuis que j’habite ce quartier où il y a quelques péripatéticiennes, dont c’est la spécialité. Sauf que la plupart sont des transsexuels.

 

Je sors avec François, mon petit copain depuis déjà trois ans. Nous, nous sommes connus au lycée et il y a trois mois, lors de mon emménagement, nous avons pendu la crémaillère. Ce soir là, j’ai cédé à ses avances et je me suis offerte à lui. Certainement la conséquence d’une crise d’indépendance et d’une consommation un peu excessive de l’alcool. De toute façon, cela faisait un moment que cela me titillait car jusqu’à ce jour, nous ne pratiquions que les caresses manuelles et que j’en tirais souvent du plaisir. Cela semblait nous convenir à tous les deux, bien que lui, n’étant pas puceau, avait d’autres envies plus pénétrantes.

 

Connaissant ma virginité, il avait été très doux et sa concentration sur mon intimité triangulaire s’était révélée très efficace. Il a mis toute son énergie à passer sa langue partout sur mon sexe, de ma vulve à mon petit bouton, sans oublier de temps en temps mon petit trou. C’était une grande première pour moi, car je ne connaissais pas encore le plaisir d'avoir une bouche active à cet endroit de mon anatomie. Jusqu'à ce jour béni, je l’avais autorisé uniquement à me masturber. Il a titillé mon clitoris à le faire gonfler à craquer pendant que ses doigts jouaient avec mes grandes lèvres en insinuant progressivement un doigt dans mon sexe sans forcer ma petite membrane encore innocente. Je l’aurai senti. Mon petit trou n’était que liqueur et mes jambes étaient si écartées qu’il n’y avait aucun doute sur mes attentes. Il l'a d'ailleurs bien compris car, ce jour la, je n'ai même pas eu le droit de le sucer. Je l’ai regarder sans bouger enfiler un préservatif, et il s’est positionné au dessus de moi avec beaucoup de délicatesse, tout en me regardant fixement afin d'avoir mon approbation.. Je n’avais jamais vu son sexe avec un petit réservoir à son extrémité. C’était drôle et troublant à la fois. J’aurai sincèrement préféré qu’il me prenne sans cette protection, mais de nos jours il est préférable de vivre couvert. Son long membre large et dur a glissé tout doucement de bas en haut et très longtemps le long de mes grandes lèvres sans oublier le petit bout gorgé de sang. Quand il a senti le moment opportun et ma totale détente, il s’est infiltré dans ma gaine toute ouverte avec beaucoup de précaution. La lubrification du condom et ma mouille ont facilité la tache à cette pénétration. Je n’étais même pas tendu et contrairement à l’idée que je m’en étais faite, totalement confiante en mon partenaire. J’ai apprécié la lente progression centimètre par centimètre jusqu’au fond de ma grotte. J’ai eu un peu mal quand il a forcé l’hymen, mais je n’ai pas trouvé cela désagréable. Il s’est bloqué au fond de ma matrice en s'assurant dans mon regard que ça allait. J'ai immédiatement passé mes mains sur ses fesses, qu'il a d'ailleurs bien fermes, pour le maintenir dans cette position, puis j'ai fermé les yeux pour immortaliser ce moment. Après avoir contrôle la douleur et le plaisir, mon sourire l’a libéré et il a entamé un tendre va et vient. J’avais l’impression d’être pleine de son amour et cela me suffisait. Spontanément, j’ai relevé mes jambes pour qu’il puisse coulisser facilement dans mon ventre. La longue attente de cette offrande n’a pas résisté longtemps à son excitation et il se mit à ahaner de plus en plus fort avant qu’il ne s’écroule, vidé, sur moi. Je savais qu’il avait joui. J'étais frustrée car j'avais eu réellement du plaisir mais je ne l'ai pas partagé avec lui puisque je n'ai pas senti sa libération dans mon ventre. Pour ma part, j’étais un peu restée sur ma faim car j'aurai préféré que cela dure plus longtemps mais je ne lui en voulais pas. Il me fit plein de petits bisous dans le cou tout en essayant de retrouver sa respiration. Sa bite est restée plantée dans ma vulve jusqu’à ce qu’elle l'évacue d’elle-même, faute de vigueur. Il me chuchotait des mots doux à entendre. Il s’est redressé pour retirer le bout de cellophane rempli de sperme. Son méat perlait encore et je l’ai essuyé avec ma main. Il m' a fait mettre sur le coté et il s’est ensuite allongé contre moi, son sexe mou contre mes fesses et une de ses mains recouvrant un de mes seins. Une vraie protection. J’ai aimé passer la nuit avec lui, nue. En tournant la tête je le regardais dormir. De temps en temps, je passais ma main sur ce bout de chair flaque qui avait été le premier à visiter mon antre. Je savais au moins une chose. Je recommencerai très vite et je participerai plus à cet acte d’amour. Je dois avouer que la peur malgré la confiance en mon partenaire m'avait un peu tétanisée. La preuve, nous avons recommencé plusieurs fois depuis et j’ai même eu ma première grande jouissance il y a quelques jours. Un peu plus dégourdie, j’ai pris des initiatives mais je vous raconterai certainement mon évolution sexuelle lors d’une prochaine confession.

 

Par Doumé - Publié dans : Couples
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 8 mai 5 08 /05 /Mai 10:45
 

Géraldine est une très agréable jeune femme approchant de son trentième anniversaire. Elle est tombée amoureuse, il y a quelques mois, d'un homme de quelques années son ainé. Le coté dominateur-joueur, ainsi que sa verve, l'avait séduite. Elle avait vécu des situations très embarrassantes compte tenu de sa timidité et de sa très bonne éducation judéo-chrétienne, mais elle en avait tiré beaucoup de plaisir et sa mémoire en est encore toute imprégnée. Malheureusement son Pygmalion a rompu fin novembre. Ce dernier ne partageait pas le même amour qu'elle. Depuis il s'est épris, de son côté, d'un amour impossible et elle est bien décidé à faire en sorte de reconquérir son aimé. Elle sait que cela ne va pas être facile.

 

La Saint Valentin aidant, la jolie jeune femme décide de relancer celui qui l'a fait si agréablement vibrer en lui faisant vivre des moments intenses de femme à tendance soumise. Elle a un plan de séduction et elle compte bien mettre tout en œuvre pour réussir sa reconquête. Sachant qu'il est seul, elle l'invite à passer la belle soirée des amoureux du 14 février avec elle en lui promettant plein de surprise, comme il les aime, mais de ne pas en demander plus. Surpris, il accepte cette condition et elle sait que pour celui, qui a l'habitude de piloter l'organisation de ses soirées, cela doit être dur. Cette idée, lui plait car c'est grâce a lui si elle a grandi et qu'elle s'est permise cette initiative.

 

Cette jolie jeune femme a une forme gracile avec de longs cheveux châtains. Elle est fine, grande, élancée avec des formes très agréables bien là ou il faut et qu'elle sait maintenant mettre en valeur sans vulgarité et surtout sans honte. Il lui a appris à vivre un érotisme du corps nouveau.

 

Pour la soirée, elle a opté pour une tenue très sexy adapté à la surprise. Pour le haut elle a enfilé un très jolie chemisier ras du cou, en dentelle noire très fine avec de jolis motifs mais laissant deviner la légèreté de sa poitrine et surtout la présence de ses larges aréoles brunes. Pour le bas, une jupe porte feuille noire, venant mourir juste au dessus du genoux avec lequel elle a appris à créer, en marchant, des effets très excitants. Cette jolie jupe cache, sans cacher, une tenue légère, également noire, faite de dessous en dentelles extrêmement fines et composée d'un porte jarretelle, des bas de soie et d'une jolie culotte fendue en son milieu pour un accès plus facile vers son intimité totalement glabre mais qu'elle sait bien ouverte. Pour la circonstance, son maquillage est sobre mais marqué par une touche femme fatale en ourlant ses lèvres d'un rouge vermillon et ses ongles soignés de la même couleur. Pour finir des escarpins à talons aiguilles vient affiner cette beauté fatale.

 

Son ami vient la chercher et elle enfile un beau manteau noir ne laissant rien voir de sa tenue. Il s'embrasse timidement à la commissure des lèvres quand il lui ouvre la porte de la voiture. Ce n'est pas gagné. Elle lui indique un grand restaurant de la région, très cosy et gastronomique dans lequel elle a réservé. Elle sait qu'il y a des niches indépendantes, surélevées d'où l'on peut voir et être vue et aussi assez discrète pour quelques minauderies..

 

En arrivant, le voiturier se précipite pour lui ouvrir la portière. Elle le fixe dans les yeux et s'ouvre pleinement pour descendre du véhicule sans rien cacher de sa tenue. Elle le sent un peu bloqué, gené et elle en sourit. Son ami a assisté à son manège et il lui a rendu son sourire. Elle vient de sentir un prémisse de satisfaction de sa part.

 

Le restaurant est plein de couples, venus également pour fêter la circonstance. Le maître d'hôtel les accueille et la vestiaire invite Géraldine a se défaire de son manteau. La surprise de cette jolie femme si érotiquement élégante et impudique ne surprend pas que l'homme qu'elle veut à nouveau séduire. Les couples se retournent sur sa démarche chaloupée digne d'un défilé de mode. Elle est fier d'elle et elle sait qu'il est en train de la suivre des yeux et surtout le déhanchement de son bassin. Elle le sent déjà en elle. Elle monte le petit escalier et vient s'asseoir à la table que le maitre d'hôtel a décalée pour leur permettre de s'asseoir cote a cote. En se positionnement sur la banquette confortable, elle toise la salle dont les regards sont toujours accrochés à elle. L'effet escompté a réussi. Son beau cœur lui a mis une main sur la cuisse et en lui déposant un baiser dans le coup lui a dit. Je suis fier de toi.

 

Tellement heureux de retrouver Géraldine dans un cadre si agréable, pleine d'énergie sexuelle positive et avec autant de grâce qu'il ne se rend pas compte immédiatement que sa main a effleuré la peau si douce de la jeune femme. Ou, peut être a-t-il fait semblant de l'ignorer ce qu'elle se met a penser aussitôt car il a des pensées très perverses et qu'elle ne le connait pas encore assez pour le sentir. Leurs lèvres se rencontrent progressivement et leurs langues se mélangent avec beaucoup de fougue et de passion. Elle sent en elle une vraie intimité et surtout une vraie complicité avec son mentor. Elle a décidé de lui prouver qu'elle était capable de tout. Le diner se passe gentiment et elle évite des gestes trop appliqués de la part de l'homme qu'elle aime pour lui éviter de découvrir trop rapidement ses secrets. Seulement il a compris plein de chose et il joue avec elle. Elle sent ses seins se durcir, son ventre envier les caresses, sa bouche espérer les baisers et surtout son regard plein de passion lui avouer sa dépendance. Elle finit par libérer son corps aux caresses précises de cet homme qui connait son corps par cœur. L'homme finit par atteindre l'objet de sa convoitise et il s'aperçoit que ce beau fruit qu'il a tant aimé et avec lequel il a tant joué pour le liquéfier plus que de coutume est garni d'un objet insolite a son toucher. Il regarde la jeune femme dans les yeux avec son regard inquisiteur. Elle fond car elle sait qu'elle lui appartient et elle ouvre sans aucune réserve ses jambes pour qu'il puisse investir facilement son intimité tout en lui demandant de retirer cet objet avec sa bouche si il veut connaître son cadeau. Son doigt est en plein contrôle de son intimité et de cet objet et sans un mot il la regarde avec beaucoup de vice de de passion. Il lui transmet une énergie sexuelle complice et il accepte exceptionnellement de se soumettre a cette découverte. Bien que la table soit visible, il se glisse sous la nappe et il vient aspirer le tube de ses dents sans oublier de respirer l'odeur intime de la jeune femme et de mettre la pointe de sa langue longuement sur son bouton turgescent. Il finit par en sortir un tube destiné aux cigares haut de gamme, seulement il n'est pas fumeur et il est surpris de trouver cet objet insolite dans la cavité intime de son ancienne compagne. Il se relève sous le regard des autres clients du restaurant mais il n'en a que faire car très habitué a ce genre de situation. Il a toujours l'objet au bout de ses lèvres et il présente l'autre extrémité a Géraldine et en absorbant chacun, un des cotés, leurs lèvres se rejoignent avec un tel érotisme que le couple en dessous de leur table applaudit fort excite par ce qu'il vient de voir. Elle suffoque sous la pression de son ami et elle saisit le tube pour en extraire un stylo à plume Mont-Blanc car elle sait que cet homme adore écrire ses mémoires.

 

Il la prend a pleine bouche en public pour la remercier tout en lui pénétrant son intimité avec ses doigts sous le regard de certains couples du restaurant jusqu'à ce que Géraldine émette quelques sons de jouissance sous sa main experte. Elle est rouge et heureuse d'avoir donner du plaisir a cet homme difficile a surprendre.

Et la soirée n'est pas finie

Par Doumé - Publié dans : Exhib
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 8 mai 5 08 /05 /Mai 10:43
 

L'amour dans la neige

 

(Je voudrai que vous m'écriviez une histoire et je souhaiterai un thème « l'amour dans la neige »

Voilà ce qu'une jeune fille m'a suggéré et voilà ce que j'ai sorti vite fait)

 

 

Je suis une jolie jeune femme brune de 19 ans. Je me dévoile à vous, aujourd'hui car il m'est arrivé une superbe expérience atypique l'année dernière dans une station de sport d'hiver renommée des Alpes. Je vais taire le nom pour éviter que l'on me reconnaisse car l'histoire a créer des rumeurs qui doivent toujours courir. J'ai envie de vous faire part de cette histoire car j'en ris encore et le souvenir restera indélébile mais je vais garder l'anonymat le plus complet

 

Je suis une Ch'tite habitant dans une ville du Nord reconnu pour ses bêtises et j'ai du tomber dedans dès ma naissance. Célibataire endurcie mais absolument pas nonne, j'adore faire la fête avec mes amis et de temps en temps boire quelques chopes de bière avec modération bien évidement. Avec quelques amies, nous nous sommes organisés un week-end en haute montagne. Je suis une sportive et j'ai la chance de savoir bien faire du ski car j'en fais depuis que je suis petite.

 

Nous avions bien planifié notre séjour et nous avions repérer ensemble les pistes disponibles et celles non balisées pour pratiquer le hors piste. Dès notre arrivée nous avons chaussé et nous avons commencé à descendre quelques pistes relativement faciles pour se mettre bien en jambes.

 

Le soir, nous sommes sortis en boite et danser toute la nuit. J'y ai rencontré un jeune homme très sympathique, bien bronzé, un peu star et frimeur. En fait un bon quatre heure. Seulement, le hic, il était déjà accompagné donc pas facilement accessible. Pourtant durant les slows que nous avons dansés, j'ai bien senti une bosse que j'aurai bien aimé sauter. Je l'ai bien chauffé pour sa copine. Quand il est parti, j'ai jouer les détectives pour savoir ou il travaillait. j'ai facilement appris qu'il était pisteur et qu'il avait en charge de contrôler l'accès des pistes non ouverte sur une partie du domaine enneigé.

 

Pas têtue, et surtout très mouillée par l'excitation que m'avait procuré ce garçon, j'avais une envie folle de me le faire. Ma mère me disait toujours ce que femme veut...... et je peux dire que je le voulais. il fallait seulement que je trouve le moyen de l'agacer un peu, de le provoquer et d'aboutir. J'ai pratiquement pas dormi de la nuit et pour passer le temps, je me suis bien amusée avec mon clitoris tout en pensant à ma prochaine proie. J'ai joui comme une folle tout en trouvant la solution. Eurêka, j'avais un plan et le ventre et les jambes encore tremblotants.

 

Le matin, j'étais un peu fatiguée et totalement énervée. J'avais un nœud dans le bas ventre et me connaissant, il ne partirai que lorsque j'aurai conclu. J'allais donc mettre tous les moyens de mon coté. Le temps se prêtait pour un superbe exercice de style. J'enfilai donc ma combinaison mauve et refermai ma fermeture éclair de mon entrejambe jusqu'au cou. La particularité de ma tenue du jour était que j'étais totalement nue dessous. Je ne portais que des grosses chaussettes en dehors de ce vêtement. J'ai laissé égoïstement tombé mes copines tellement obnubilée par l'idée de m'amuser sexuellement avec un autochtone.

 

J'ai commencé ma quête du saint sexe Éric car c'était son prénom. Tous les pisteurs avaient les mêmes tenues et tous des lunettes de soleil avec un bonnet. Pas facile pour trouver son bonheur. Après quelques galères, j'ai fini par réussir a démasquer mon énergumène qui discutait avec un large sourire avec deux jolies vacancières. Ni une, ni deux je m'approche et sans faire aucun des deux filles, je l'embrasse pour lui dire bonjour. Je dépose deux baisers à la commissure de sa bouche. Une volonté délibérée pour que nos lèvres se frôlent. Il a senti tout de suite à mon regard que j'étais open. Je tape l'incruste et je finis par écarter les touristes pour conserver pour moi mon gadget sur patte.

 

Toutes ces pérégrinations ont fait que l'heure de midi n'est pas loin. Il me propose de prendre le téléphérique et d'aller manger à la terrasse du restaurant panoramique. Pas de problème mais j'ai une faim très particulière qui me tiraille depuis la veille. Au sommet il faut faire une petite descente pour rejoindre l'établissement. Il y a un passage plus court pour y aller mais en hors piste. Je lui mets une grosse main aux fesses et je m'engage dans la zone interdite. Ni une ni deux il s'engage à ma poursuite. Je sais qu'il ne va pas tarder à me rejoindre aussi je me dirige délibérément vers un petit bosquet et je fais semblant de me cogner a une branche d'arbre et de tomber dans les pommes. Il me retrouve allonger, sans connaissance croit il. Il déchausse ses skis et il court vers moi. Je continue ma simulation. Il me parle; Il me mets quelques petites claques puis il descend ma fermeture éclair pour faciliter ma respiration; je n'ouvre pas les yeux mais je sens qu'il est surpris de voir mes deux gros poumons exploser de la combinaison et venir le saluer sans préavis de présentation. Je souris intérieurement. il est soudain gauche. Il va appeler les secours tout en restant à genoux à mes cotés. Il a retiré ses gants et il me palpe la poitrine. Il essaie de me mettre en position latérale de sécurité. Mes seins sont à l'air et il fait froid. Je sens mes tétons durcir. Ses mains chaudes essaient de les remettre en place et ses caresses involontaires m'excitent encore plus.

 

Au moment ou il va parlé dans le talkie, je lui attrape la tête et amène ma bouche à la sienne. Il me rend passionnément mon baiser avec une telle vigueur que je comprends que j'ai gagné. Ses mains deviennent très précises sans oublier de s'infiltrer dans mon vêtement jusqu'à mon sexe offert. Quand il découvre ma nudité, il se décolle de ma bouche ventouse et il me sourit. Son index joue avec mon clitoris gorgé de sang et facilement excitable. Il s'insinue entre mes grandes lèvres et pratique cet exercice explosif jusqu'à ce que ma liqueur vienne bien humidifier mon ouverture. De mon coté, je caresse le beau souvenir tendu de la veille mais cette fois la réalité dépasse la fiction, la petite bosse a accouché d'une grosse montagne. Je suis frustrée car le tissu me sépare de cet objet du désir. Nous finissons allongés dans la neige.

Nos combinaisons nous gênent et nous les enlevons et nous les avons en bas des pieds. La neige est vraiment froide mais notre chaleur dépasse ce problème. Après de nombreux préliminaires appréciés par nous deux, je lui tends un préservatif car il n'est plus possible pour moi d'attendre. Surtout après avoir vu la bête, j'ai vraiment envie de la sentir au fond de ma grotte. Je m'agenouille, les mains dans la neige. Il positionne le condom sur sa virilité et il se présente à l'entrée de mon vagin. Il écarte délicatement mes lèvres et je sens son gland me pénétrer petit a petit avec beaucoup de douceur. La grosseur me remplit et la longueur m'investit jusqu'au fond pour venir percuter mon utérus. Il se cale en moi. Puis en me tenant bien la taille il commence un va et vient d'abord lent puis progressif jusqu'à un mouvement très rapide et pénétrant qui finit par m'arracher une jouissance vaginale sonore encore méconnue. Pour une fois je n'ai pas besoin de triturer mon petit bouton pour avoir un orgasme. J'en ai d'ailleurs eu plusieurs avant que je l'entende ahaner et que je sente sa libération. Il reste bloquer au fond de moi et il me caresse le dos avec beaucoup de tendresse. Son sexe s'exclue de mon antre. Il retient le préservatif pour éviter tout problème. Nous nous relevons et nous embrassons tendrement dans cette tenue un peu bizarre. Nous entendons au loin des applaudissements. Nous sommes juste au dessus de la terrasse pas très cachés. Nous nous rhabillons vite fait et nous filons sans manger; nous nous sommes revus durant le we pour une partie beaucoup plus traditionnelle et j'en ai gardé un excellent souvenir. Par contre à la station, l'information a tourné et ils cherchent encore qui est le pisteur. Au fait Éric n'est pas son vrai prénom, je l'ai changé pour que lui aussi soit tranquille.

Par Doumé - Publié dans : Rencontre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 8 mai 5 08 /05 /Mai 10:39
Une jolie et belle découverte 

 

Cela fait plus d'un mois que nous, nous connaissons et par l'opération du saint esprit, l'amour partagé est né. Une drôle d'histoire que cette rencontre car à l'origine, l'objectif était de sauver le couple de la Belle et rien ne laissait prévoir que, de cette communication à bâtons rompus, une idylle voyait le jour a l'insu des protagonistes.

Cette jolie jeune femme a fini par se révéler et annoncer qu'elle m'aimait. Je suis resté longtemps sans réaction, trop surpris de cette belle nouvelle et aussi très frileux quant à nos différences d'ages, de sexualité et de milieu social. La mayonnaise a pris malgré tout et nous sommes devenus réellement amoureux l'un de l'autre. L'éloignement ainsi que les fêtes et quelques circonstances imprévues dues à ma vie , un peu excessive, nous ont empêchés de nous rencontrer très vite pour se confirmer notre passion.

Il nous a fallu, plus d'un mois pour nous toucher physiquement bien que je connaissais son corps par cœur et que j'avais le plaisir de la voir dormir nue toutes les nuits. Merci la webcam. Je pouvais apprécier et connaître son corps par cœur et surtout je la voyais vivre ses rêves et ses angoisses. Je finis par devenir dingue de cette beauté qui ne le savait pas ou ne veut pas savoir qu'elle est belle tant physiquement que personnellement. il était essentiel que l'on concrétise cette relation et cela s'est fait début janvier avec beaucoup d'appréhension pour nous deux mais cela fera l'objet d'un autre témoignage si elle accepte que je relate notre première rencontre.

 

L'Homme l'appelle toujours Princesse car c'est une jolie jeune femme blonde avec un corps sur lequel on n'hésite pas à se retourner surtout qu'elle a une très grande élégance vestimentaire. Elle n'aime pas particulièrement son corps mais elle sait très bien le mettre en évidence. C'est une jeune femme qui se trouve dans une situation délicate. Elle adore le sexe et l'absence récurrente de son conjoint fait défaut à ses envies. Elle a de vrais fantasmes mais comme c'est une femme intrinsèquement fidèle, elle n'a jusqu'à ce jour jamais osé franchir le pas. Pourtant, un Homme très particulier, la chamboule et commence par déstabiliser les convictions de la Princesse. Elle l'a rencontré par hasard et ils discutent souvent ensemble. Les propos viennent irrémédiablement sur le sexe et l'Homme qui a un vrai penchant Dominateur excite la curiosité de la Princesse. Celle ci arrive souvent à se mettre dans les situations que l'Homme lui suggère et elle finit même par lui révéler ses fantasmes les plus intimes. Elle lui donne son téléphone car elle a confiance en lui et surtout parce qu'il l'intrigue. De nombreuses séances téléphoniques les rapprochent également et elle n'hésite plus a lui répondre, quelques soient les circonstances. Un après midi alors qu'elle se trouve au travail, il l'appelle et il lui annonce qu'il a loué une chambre dans un hôtel de la ville et qu'elle doit venir le rejoindre pour la nuit. En plus, il a une exigence, et c'est qu'elle se déshabille et qu'elle se mette totalement nue dans le couloir de l'hôtel avant de rentrer dans sa chambre. Elle est surprise par autant d'audace de la part de cet Homme, mais elle est troublée et elle ne sait pas si elle va le rejoindre et encore moins si elle va exécuter ses instructions. Pour une jeune femme réservée comme elle et malgré tout ses fantasmes c'est beaucoup trop hardi pour elle.

Mais l'idée fait son chemin dans son cerveau. Tout l'après midi, l'envie de cette rencontre la torture. Elle veut bien le rejoindre mais elle est sure que sa proposition, elle ne pourra pas l'exécuter. Par contre, elle ne veut pas le contrarier car elle commence a s'attacher a lui malgré tout et que son humour ainsi que sa rigueur l'intéresse beaucoup. Mais le remord de vivre une expérience extra conjugale vient amplifier son angoisse. Elle est un peu perdu mais également très excitée a vivre un moment de sexe hors du commun et surtout totalement différente de celle qu'elle a vécu jusqu'à aujourd'hui. Va t-elle vraiment oser aller jusqu'au bout?

A l'heure de sorti de son travail, l'Homme lui demande de ne pas rentrer chez elle et qu'il veut la voir immédiatement, sans aller prendre de douche et se changer comme elle l'avait envisagé. Elle ne sait pas quoi faire mais spontanément elle acquiesce à sa demande. Maintenant elle est persuadée qu'elle ira jusqu'au bout surtout que l'Homme lui a donné dans le restaurant de l'hôtel ce qui implique qu'elle ne sera pas obligé de se mettre nue dans le couloir.

Elle prend sa voiture et son cœur bat la chamade. Elle est excitée car elle ne sait pas à quelle sauce elle va être mangée. Mais assurément, elle a envie qu'on la déguste et elle est prête. Ça elle le sait. Arrivée, devant le restaurant, elle se gare et reste de longue minute à réfléchir et a se demander si elle doit y aller mais son corps et son cœur l'emporte sur sa morale et sa fidélité et elle finit par sortir avec un nœud énorme a l'estomac.

Comme c'est une femme courageuse, et qu'elle a du courage dans ses convictions, elle franchit la porte du restaurant et cherche l'Homme. Elle le voit, baisse la tête, pleine d'humilité et de gène tout en se demandant ce qu'elle fait la. Il est trop tard elle ne peut plus reculer. Elle est blanche et rouge de confusion quand elle le regarde. Ses membres tremblent de partout. Elle s'assied a ses cotés et il l'embrasse pour la première fois. Elle a du mal a l'embrasser, car elle est surprise et que sa morale frissonne encore dans sa tête. Mais l'Homme n'hésite pas à lui prendre la bouche et elle lui dit. « Bah toi tu y vas cash ». Elle a les pommettes toute rosies par l'émotion, elle finit par lui rendre ses baisers. Comme elle est un peu gênée, elle se love contre lui car elle a surtout a cet instant envie d'être câliner et de se sentir protéger. Elle sait déjà que ce n'est pas un mufle surtout quand il lui dit que sa proposition n'avait pour objectif que de la mettre dans une situation telle que si elle venait c'est qu'elle savait qu'elle irait jusqu'au bout.. Elle se sent bien dans ses bras et ils discutent longuement.

 

L'Homme l'invite à diner pour lui permettre de se détendre. Elle est en pantalon mais durant le repas il n'hésite pas a frôler son auriculaire sur son entrejambe tout en posant sa main sur l'intérieur de ses cuisses. Elle ne dit rien. De temps en temps il caresse discrètement ses seins et elle ne dit toujours rien. Elle sait à ce moment la qu'elle va aller jusqu'au bout de leur rencontre physique. Le diner se passe avec beaucoup de tendresse, d'amour et de timidité. Il la met en confiance tout en lui faisant comprendre qu'il dirigerai les ébats. Elle a confiance mais elle angoisse tout de même à l'idée de monter dans la chambre. Elle appréhende le moment ou ils vont monter. Et pourtant ce moment va venir mais je vous raconterai la suite dans une prochaine étape de ce roman. Sachez que la Princesse et l'Homme vont passer une longue et belle nuit ensemble.

Le moment tant redouté et à la fois tant attendu est arrivé. L'Homme paie l'addition et il propose à la Belle de le suivre. Son cœur est en ébullition. Ses jambes tremblent. Elle a encore le temps de revenir en arrière. Son cerveau a envie de s'évader et de sortir de sa boite crânienne pour voler vers son domicile conjugale mais son corps réclame quelque chose que l'Homme lui a promis. Elle le suit à pas lent tout en regardant la sortie. Puis L'Homme l'invite à passer une porte qui mène aux chambres de l'hôtel. Elle franchit le seuil de son futur délit moral sans se retourner et elle commence à monter les escaliers. Il est derrière elle et toute fuite lui est maintenant difficile. Il contrôle son pas et elle a pris la décision de se donner à lui. En fait, cette idée avait déjà germé dans son esprit depuis longtemps et elle attendait que cela se réalise. Mais elle avait beaucoup de difficulté à penser qu'elle, La Princesse pouvait, un jour, faire ce qu'elle pensait impossible pour elle. Faire l'Amour avec un inconnu ou presque inconnu.

 

Il ouvre la porte de la chambre du non retour. Elle entre et elle trouve sur le lit bien fait , une rose rouge encadrée de deux arômes mauves qu'il lui offre aussitôt. La princesse le remercie en lui déposant un baiser léger sur les lèvres. Elle l'effleure presque. Il se colle sans attendre dans son dos et il commence à la déshabiller. Il la caresse a travers les différentes étoffes qui lui couvre le corps. C'est une des nuits les plus froides de l'année et la Belle est très couverte et en pantalon. Rien n'arrête l'Homme et elle se retrouve très vite nue. Elle lui dit qu'elle a froid surtout que lui est resté totalement habillé. En fait c'est l'angoisse de sa situation qui lui donne froid dans le dos. Elle est ainsi, offerte, caressée, intégralement nue. Elle offre au regard de l'Homme sa beauté physique. Elle se cache les seins mais pas le sexe. Il peut voir qu'elle est soigneusement épilée et qu'il reste juste au dessus de son clitoris une légère pilosité rectangulaire. Il lui ouvre les cuisses et il dégage ses bras de sa poitrine pour qu'aucun endroit de son corps ne soit caché. Il la regarde sans rien dire. Elle a un geste de petite fille en cachant son visage derrière ses mains. Elle est mal à l'aise d'être ainsi détaillée alors qu'elle ne s' aime pas, et surtout qu'elle ne connait pas réellement son corps.

L'Homme s'agenouille toujours habillé et il la caresse tendrement sur toute la surface de son corps. Il prend le contrôle de la moindre parcelle de sa peau et il recherche avec attention les points sensibles de la Belle. Il a le temps car elle vient de lui accorder toute la nuit en passant la porte de la chambre. Elle se laisse faire et elle ferme les yeux. Elle sent une de ses mains parcourir sa peau hérissée de frissons. Il s'arrête sur un sein, puis l'autre et il joue affectueusement avec ses aréoles et ses tétons tendus et sombres pendant que sa bouche s'approche de son bas ventre. D'une main, il caresse le petit abricot de la belle; Son clitoris est tout petit et complètement encapuchonné. La cosse est étroite et il n'est pas facile de le dégagé mais l'Homme avec beaucoup de patience, et de caresse arrive à ses fins pour voir sortir un petit bourgeon dardé de sang et fier d'être la. En même temps, il a commencé a insinuer ses doigts dans sa vulve mais cette fois sans aucune difficulté car la Princesse a les lèvres humidifiées par l'envie et le désir d'être aimée. Elle sait que l'Homme va prendre soin de son corps et il lui a promis de lui faire découvrir les zones les plus sensibles de son anatomie. Il joue avec sa bouche et ses doigts sur son sexe avec beaucoup de délicatesse et il trouve les points réactifs de la Belle. Elle se laisse faire et elle bloque sa respiration pour ne pas exprimer son plaisir. Sa tête bouge de gauche a droite et de droite a gauche . L'Homme s'amuse avec ses réactions mais il sait que la jeune femme apprécie ses caresses tant buccales que manuelles. Elle lui a inondé sa bouche a plusieurs reprises et les doigts de l'Homme sont trempées. Le ventre de la Belle réagit également par de petits soubresauts quant la succion sur son clitoris commence a atteindre un point de plaisir intense. L'Homme s'arrête et il la regarde si belle avec un corps si agréable, une peau si douce et surtout un sexe si chaleureux. Il est toujours habillé et il se recule pour se dévêtir. La nuit commence alors que cela fait plus d'une heure qu'il s'occupe d'elle.

 

 

L'Homme qui devient, petit à petit et officiellement son amant a pris le contrôle de sa Belle. Elle se laisse faire. Elle sait qu'il a de l'expérience et qu'elle ne connait, du sexe, que des rapports de coït tout a fait traditionnel. Sa position favorite consiste à avoir son partenaire par derrière et de le sentir pénétrer sa vulve jusqu'à ce qu'il éjacule car elle adore sentir le sperme gicler au fond de sa caverne ouverte. C'est de cette façon qu'elle a conçu ses très beaux enfants. Elle adore ses petits et ils lui rendent bien mais ce soir la, elle est venu pour elle et seulement pour elle. Elle veut plus mais elle ne sait pas comment faire. Même le cunnilinctus prolongé a été une découverte durant les préliminaires de l'Homme. Personne ne s'était attaché buccalement aussi longtemps à son clitoris et à ses grandes lèvres et même son mari ne pénétrait pas sa vulve profondément avec sa langue pour profiter de sa jouissance. D'ailleurs elle n'aurait jamais imaginé pouvoir libérer autant de liqueur en un laps de temps aussi court. Ces premiers rapports jouissifs manuels et buccaux commençaient à la fatiguer car totalement inhabituels et pourtant elle ne venait que de débuter la plénitude de sa nuit mais, ça elle ne le savait pas encore.

 

L'Homme connait bien sa Princesse et il a décidé d'aller à son rythme car, lui, il a tout de suite compris qu'elle n'aime pas les hommes en général, mais qu'elle aime leur sexe et surtout leur liqueur au fond de son ventre. C'est aussi la raison pour laquelle elle se positionne de telle sorte qu'elle ne va pas approcher sa tête de leur membre. Ça ne la gène pas plus que cela, car elle a peur de sucer et de caresser un membre viril. Çà lui évite aussi de voir de trop l'objet de tous les délits et de devoir refuser une fellation ou une masturbation qu'elle exècre plus que tout. Dans son esprit, un homme satisfait est un homme qui a joui, donc comme cela c'est suffisant.

Elle ne connait ni son corps, ni celui de son partenaire. Sa formation sexuelle est plus que basique, sans aucune originalité et pourtant elle a de nombreux fantasmes. Elle en a fait part à l'Homme mais elle lui a surtout révéler un terrible secret. Sa satisfaction sexuelle est à la limite de zéro et pourtant elle a terriblement besoin d'être pénétrer, prise dans tous les sens, longtemps car elle aime cela. La pénétration vaginale est ce qu'elle aime dans l'acte sexuel et elle est disponible à tout moment pour cela et uniquement pour cela. Matin, midi, soir n'importe ou du moment que son ventre est rempli.

Mais son secret ce n'est pas cela. Son secret justifie tout ce cérémonial particulier lors de ses relations sexuelles. En fait, depuis sa plus jeune enfance, elle a été abusée par son oncle, le propre frère de sa mère. Elle a durant de nombreuses années été contraintes d'abord de le masturber jusqu'à ce qu'il éjacule; ensuite elle a du également lui faire des fellations. Pour elle, ces actes ne sont pas des actes d'amour mais surtout des actes de perversion.

Il va falloir un peu de temps et beaucoup de confiance pour la dégager de ce sentiment de péché. Surtout que sa mère, lorsqu'elle a révélé ce lourd secret a refusé de la croire. Quant à son mari, du moment qu'il s'épanche en elle, il se moque complètement de sa situation psychologique. Pour lui, elle n'est pas normale et comme il ne l'écoute pas et qu'il est seulement intéressé par son propre son plaisir. Ça a finit par les éloigner l'un de l'autre. Lui parce qu'elle ne voulait rien de plus que d'habitude et elle parce que lui ne voulait plus faire l'amour comme d'habitude.

 

L'Homme, lui, a pris le temps de l'écouter. Il l'a cru et elle lui a fait confiance. Il lui a dit qu'elle pouvait parfaitement faire l'amour normalement et qu'elle pourrait jouir comme tout le monde dans toutes les positions. C'est la raison de la présence de la Princesse dans ce lit et dans cette chambre qui n'est pas la sienne. Elle a envie de passer un cap et elle donne son corps entier à l'Homme sans retenue.

Elle sait pertinemment qu'il ne veut pas lui faire du mal et qu'il ne veut que son plaisir. D'ailleurs, c'est la première fois de sa vie que les préliminaires dans ses relations amoureuses sont aussi longs. Elle n'a jamais ressenti autant d'attention de la part d'un amant sur son corps et dans son corps que celle de son compagnon du moment. Elle a toujours refusé la fellation, la masturbation et elle a eu une fois le gland de son mari à moitié entré dans son anus. Mais elle s'était échappée rapidement. Donc en dehors de la pénétration vaginale c'est sexe zéro et à la maison dans le lit conjugual.

 

 

Ils sont maintenant nus tous les deux, dans ce lit de la chambre d'hôtel. C'est un véritable contraste entre elle si belle et si menue et lui quelconque et plutôt de forte physionomie. Son sexe n'est ni gros, ni long et il possède un gros gland en forme de cœur. Rien de bien exceptionnel. Seulement il est amoureux de cette magnifique princesse. Et cela, ça vaut tous les sexes du monde. Il se frotte derrière elle tout en jouant avec son clitoris. Elle réagit vite aux caresses de son majeur car son bouton est encore tout excité de la séance de préliminaire. Elle sent qu'il frotte son membre sur ses fesses. Mais l'électricité qu'elle a dans le bas ventre l'empêche de bien comprendre ce qui arrive. Une chose est sure, elle veut être prise et que son amant la possède maintenant . C'est ce qu'il finit par faire sans aucune difficulté tellement l'entrée de son conduit est trempée. Il s'introduit lentement dans son vagin si accueillant en plaquant son ventre au maximum pour que la longueur de sa virilité soit dans sa totalité à l'intérieur de la Belle. Puis il ne bouge plus pour bien sentir et vivre avec beaucoup de tendresse et d'humilité ce premier grand moment de fusion de leurs corps. Il possède enfin le corps de rêve de la femme qu'il aime. C'est elle qui finit par déplacer son bassin d'avant en arrière pour faire coulisser la tige qui la pénètre. Cela dure une bonne paire d'heure de pénétration alternée. L'Homme se retire souvent car il n'est pas pressé d'éjaculer dans le ventre de la Belle. Il veut en profiter au maximum. Elle râle de temps en temps, frustrée de ne pas recevoir le sperme de son Homme dans le fond de son ventre. Lui il contrôle la situation et entre deux pénétrations il continue à s'occuper de la petite chatte trempée soit avec la bouche soit avec les doigts. Elle ne sait plus trop ce qui lui arrive mais malgré la frustration elle sent que c'est bon. Elle dit même à l'Homme que c'est la première fois qu'elle jouit autant et qu'elle libère autant de jouissance. Durant toute cette période, l'Homme a délicatement caressé l'anus de la petite qui était encore vierge de pénétration totale. Elle ne disait rien mais de temps en temps le doigt commençait à lui faire mal et aussitôt il cessait son investigation. Et il revenait plus tard jusqu'à ce que la jeune femme finisse par s'y habituer et lors d'une sortie de son ventre par son amant. Elle lui a demandé de la prendre par derrière. Avec beaucoup de douceur et attentif aux réactions de sa bien aimée, il a pris son petit œillet et comme pour son vagin, il s'est introduit en totalité et s'est bloqué. La petite avait une légère douleur mais supportable. Il a ensuite commence de doux mouvements de va et vient jusqu'à ce qu'elle lui dise de s'arrêter un peu. Il s'est essuyé le sexe et est retourné dans le ventre de la jeune femme. Au bout d'un certain temps de ces jeux, elle commençait à être fatiguée et lui n'avait toujours pas libéré sa semence. Il faut dire que cela faisait trois heure et demi qu'il lui faisait l'amour. Il la laissa se reposer environ deux heures.

Puis il l'a réveilla en la caressant de nouveau en la pénétrant doucement en la pilonnant pour la réveiller. Il n'a pas eu de mal a rentrer car ses effluves étaient toujours présentes. Elle cambra ses fesses pour mieux le sentir et ils repartirent pour un long rodéo, entre coupé de moment de tendresse. Il lui a fait découvrir le point le plus sensible de son ventre et quand il a joué avec, elle ne s'est même pas rendu compte qu'il avait l'index et le majeur dans son sexe mais surtout l'annulaire et l'auriculaire dans ses fesses. Quand il lui a dit, elle a répondu que la jouissance était telle qu'elle ne savait même plus ce qu'il lui faisait mais que c'était bon.

Durant cette nouvelle séance, il lui fit changer de position. Il sentait bien qu'elle était un peu en panique mais elle le fit quand même. Il l'a pris donc à quatre pattes et aussi de face avec ses jambes sur ses épaules. L'appréhension finit par se dissiper pour la Belle. Et elle fit plus fort encore, car à la demande de l'Homme, elle accepta de lui caresser le sexe. Mais durant cette période elle lui rappela pourquoi elle n'aimait pas tout en continuant à faire coulisser le membre entre ses doigts. D'en parler en même temps lui faisait du bien. Elle regardait le sexe mais ne s'en approchait pas. Son amant avait compris que pour cette première rencontre. Elle avait beaucoup donné d'elle même. Ses premières sodomies et sa première masturbation détendue. C'était bien. L'Homme décida de finir en apothéose en lui déversant sa semence au fond de son utérus. Mais après tant de retenue car en tout il lui a fait l'amour pendant environ cinq heures en se retenant et compte tenu que son sexe était inondée et plein de la mouille de sa Belle. Au moment de l'éjaculation, son sexe commença à se déverser mais il glissa et il sorti du ventre pour éclabousser la fente. Il essaya de rentrer a nouveau mais Il lui pénétra les fesses en continuant d'éjaculer. Elle le prévint qu'il était pas ou il fallait. Il est ressorti mais ça glissait de partout et il n'a pas pu rentrer dans le ventre de la Belle. Il y en avait partout sauf ou elle voulait. Il a bien compris qu'elle n'était pas contente mais elle lui dit que malgré tout elle ne lui en voulait pas car elle n'avait jamais joui autant et surtout qu'elle s'était retenu de nombreuses fois pour ne pas exploser.

C'était le matin, ils prirent la douche ensemble et elle le ramena à la gare car il devait partir. Il lui jura que la prochaine fois il la remplirait comme il faut. Pourtant La Belle a cru qu'il l'avait fait exprès car elle avait oublié sa pilule et l'Homme m'a dit qu'au contraire cela ne l'avait pas gêné mais que l'excitation, l'envie et le trop plein de mouille en avait décidé autrement.

 

L'Homme m'a dit qu'avec la confiance qu'elle lui accordait, il arriverait à la libérer de ses peurs et qu'elle assumera encore plus sa sexualité pour enfin lui permettre de vivre tous ses fantasmes. Et pour cela il veut vivre avec elle et être présent pour la voir s'épanouir.

 

Voilà leur petite histoire et peut être me racontera t-il une nouvelle expérience bientôt. Ça je ne le sais pas. J'espère que cette histoire vraie vous a plu

Par Doumé - Publié dans : Rencontre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

Calendrier

Août 2016
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Créer un Blog

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus